Randonner sur les îles Lofoten : pourquoi, comment ?

9 commentaires
Îles Lofoten, Norvège, Pratique
Phare et Montagne au coucher du soleil / Exploranor

Il y a un an, presque jour pour jour, j’étais dans les îles Lofoten, c’était Pâques mais encore l’hiver en Norvège,
et je faisais des bonhommes de neige en forme de lapin… Aujourd’hui, j’y retournerais bien, raquettes aux pieds,
pour marcher sur des lacs gelés, grimper toutes ces montagnes au nom qui me font rêver, me perdre au fond d’un fjord
et jouer avec mon appareil photo sur la perspective de tous ces pics rocheux.

L'hiver aux Lofoten, bonhomme de neige lapin-pêcheur

Pour découvrir les grands espaces norvégiens en toute sécurité, rien de tel qu’un guide. La dernière fois que j’ai fait une randonnée guidée, c’était en Estonie, à cheval, et avec mon anglais rudimentaire je n’ai rien compris les explications sur la différence entre les animaux laissant « de grandes traces » dans la boue et ceux « mangeant telle herbe qui ne pousse que dans cette zone ». La solution ? Un guide francophone !

Au sud des îles Lofoten, il y en a un ! David Souyris, originaire de Montpellier, est guide de randonnée en Norvège. Son entreprise, Exploranor, est récente mais propose des services bien rodés, car cet indépendant a travaillé pour des agences spécialisées pendant une dizaine d’années. Aujourd’hui, c’est en petits groupes et avec des formules personnalisées qu’il fait découvrir les plus beaux endroits de ces îles en Norvège, difficilement accessibles pour les voyageurs indépendants.

Pourquoi passer par un guide pour randonner en Norvège

– pour les non-bilingues : des explications en Français, histoire d’éviter tout quiproquo.
– des itinéraires adaptés au niveau sportif (et ça, c’est important, parole de débutante…)
– la sécurité : les Lofoten sont littéralement une chaîne de montagnes au milieu de la mer, à 68° de latitude nord. Avec les dangers de ces deux éléments, combinés à une météo très changeante, mieux vaut bénéficier des conseils d’un guide professionnel qui arpente depuis des années les îles Lofoten, été comme hiver.
– les bons conseils pour ne pas perdre de temps (parce que les Lofoten, c’est grand, vous ne vous en rendez même pas compte) grâce à différents treks en Norvège, pour profiter du soleil de minuit ou des aurores boréales.
EXPLORANOR2

Les circuits qui me donnent envie de chausser mes baskets / raquettes

Print

Le trek de 14 jours du nord au sud des îles Lofoten :
Du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest, c’est le circuit le plus complet pour découvrir les différents panoramas, tout en combinant des randos de haute montagne avec des points de vue sur la mer norvégienne. Lignes de crête, mais aussi plages de sable blanc, falaises noires, et soleil de minuit au rendez-vous. Impossible de se lasser, chaque montagne est différente. Et comme il n’y a pas que la marche dans la vie, sont aussi au programme des visites de petits villages, des sorties pêches, une observation de la faune (les aigles pêcheurs), et des hébergements dans les traditionnelles petites maisons rouges norvégiennes (robu).

8 jours et du choix : le road-trip au pays du soleil de minuit :
Complètement différent pour le coup, car en autonomie : une voiture de location (comprise dans le prix, si si!) et hop, chaque jour on peut choisir entre plusieurs randos ou activités (kayak en mer sur le fjord, village classé à l’Unesco, bateau jusqu’au célèbre Trollfjord) selon la forme du jour (ou la météo). De quoi découvrir les Lofoten jusqu’à Å, en pouvant changer d’avis tout en restant « guidé ». Et le pire, c’est que c’est même pas cher (entre 590 € et 700€/personne).

Plus de renseignements sur http://www.exploranor.fr

La liberté en plus : ce qui me plaît aussi dans le concept d’Exploranor, c’est que les billets d’avion ne sont pas inclus dans la formule : on peut organiser son itinéraire en Scandinavie comme on veut, débarquer sur les Lofoten avec l’Hurtigruten, l’avion, pourquoi pas le train depuis la Suède, et donc mixer ces randonnées plus ou moins sportives avec un voyage à plus grande échelle.

Rando en Norvège / Exploranor

Et vous, vous partez quand ?
(crédit photos Exploranor)

Comment aller sur les îles Lofoten

Plusieurs solutions :
– en avion, le plus direct : L’aéroport de Leknes, situé au coeur des îles Lofoten, est desservi par plusieurs compagnies, notamment SAS. L’aller-retour (depuis Paris) coûte environ 650 €.
– train+bateau : train Oslo-Trondheim-Bodo, puis l’express côtier Hurtigruten entre Bodo et les Lofoten (port de Stamsund ou de Svolvaer), qui dessert toute la côte ouest de la Norvège. Cette solution n’est absolument pas la plus rapide (au moins 17 heures de train) (non la Norvège n’a pas de TGV), ni forcément la plus rentable, mais elle permet de combiner deux moyens de locomotion pour découvrir les différents visages de la Norvège : les étendues vierges au rythme du train, et la côte magnifique avec ses fjords sur le bateau norvégien historique, l’Hurtigruten (qui fête cette année ses 120 années 😉

(article sponsorisé)

9 thoughts on “Randonner sur les îles Lofoten : pourquoi, comment ?”

  1. In trip with Rose dit :

    Ah, ca fait rêver… Mais bon, malgré mon niveau intermédiaire en anglais, je prendrais un guide non francophone car si on va à l’étranger, c’est bien pour découvrir de nouvelles langues, cultures, etc. En tout cas, ton article donne envie, ce pays est tellement magique…

  2. Magnifiques vues!! Moi aussi j’irais bien y faire un tour… et je choisirais la route la plus longue, par train et bateau, pour faire durer le plaisir. Personnellement, je parle anglais (et ne suis pas Française), mais si j’étais dans la situation décrite dans l’article, je choisirais, tout comme l’auteur du blogue In trip with Rose… Rose, c’est son nom?!, un guide local. Certains parlent certainement français, il faut seulement chercher un peu. Et côté culturel, il n’y a rien de mieux, l’expérience sera beaucoup plus enrichissante! Petit conseil d’amie! Très joli blog!

    • Merci les filles pour vos réactions ! Marie-José et Rose, je vais modifier un peu l’article, je crois que c’était mal expliqué. L’agence Exploranor a été créé par un guide franco-norvégien (David Souyris) et d’une guide 100% norvégienne (Magdalena Brede). Et bien sûr, ils parlent anglais 😉

      Pour le côté culturel et l’échange, j’aurais tendance à être assez d’accord avec vous, même si j’ai rencontré des expatriés (français d’origine ou pas) qui connaissaient super bien le pays et étaient beaucoup plus « bavards » qu’un pur local.
      Mais pour certaines activités, ne pas avoir la barrière de la langue, ça facilite.

  3. Chris à velo dit :

    waouu je viens de découvrir ton site et les articles sont a couper le souffler, c’est vraiment magnifiques! les photos son superbes.. et bien sur cela donne encore plus envie de repartir en Voyage. Comme d’hab a velo (on change pas le moyen de transport..), cette année j’envisage danemark, suede et norvege.. je vais fouilller sur ton site pour glaner quelques infos. et j’espere qu’on pourra se raconter tout ca de vive voix (bourg/ challon c’est pas tres loin). peut-etre seras-tu sur Challon pour la fameuse fete dont tu m’a parlée de spectacle de rue. A bient^ot. Chris (tu sais la folle qui est allée en velo jusqu’a Vienne..!) bizz et j’espere à Bientot!

    • Bien sûr que je me souviens de « Chris à vélo », j’oublie pas mes couchsurfeurs (on est tous « fous » je crois!), encore moi les artistes inspirés comme toi qui font des miracles avec les restes de mon frigo :p
      Trop bien pour Danemark Suède Norvège ! Il n’y a pas beaucoup d’ « infos pratiques » sur ce blog (je devrais faire des pages spécifiques, pour l’instant j’ai la flemme…) mais je peux te filer des adresses plus « documentées » qu’ici. Et l’Islande, nan ? 😉

      Jte réponds par mail pour le reste, je ne sais pas trop où je serai cet été, donc rien de sûr pour le festival, a priori je bosse pendant en plus… Mais ce serait avec grand plaisir !
      A bientôt !!!

  4. Michel DIETRE dit :

    Nous on en revient ! une semaine au mois de juin avec Magdaléna : super !
    avec en plus un groupe très sympa (Terres d’aventures) et le confort du « camp de base »

    Michel

  5. Chris du Vigan dit :

    Pour aller au Lofoten, j’ai testé une alternative: train de nuit de Trondheim à Bodø (les trains couchettes norvégiens, waoooooooh!!! on y dort mieux que dans son lit), compter un peu plus de 9 heures et en tout ça revient pas plus cher qu’une nuit d’hôtel
    Tarif abordable si on prend les billets Minipris sur Internet (équivalent des Prem’s) puis le ferry de Bodø à Moskenes (toute l’année), possible aussi de Bodø à Svolvaer (à partir d’avril je crois, tarifs, horaires et réservation sur le site de la compagnie maritime http://www.torghatten-nord.no/english/default.aspx).

    • Merci pour tous ces conseils pratiques et détaillés ! Ma dernière visite aux Lofoten date d’il y a 4 ans, mais je vois que ça fait toujours autant rêver ! J’avais également pris le train de nuit jusqu’à Bodø, et de mémoire je n’avais pas si bien dormi que ça, donc ils ont dû améliorer les couchettes 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s