Nouvelles du front #1 : septembre en Islande

8 commentaires
Blablablas, Islande, Nouvelles du front, Reykjavik

Un article un peu différent aujourd’hui, pour répondre à la question « mais alors, qu’est-ce tu fous en Islande depuis que tu es partie ? », voici un mini-bilan de ce premier mois de l’année sabbatique, où j’essaie de répondre aux principales questions qu’on m’a posées par mail.

 Alors, tu es bien arrivée ?
arrivée oui, dans quel état, c’est autre chose : un peu de chronologie…

pano arrivée airport_2

Il y a un mois, mon avion se posait sur le sol islandais. J’y retrouvais les publicités islandaises et les arcs-en-ciel.

Le départ de France a été précipité, résultat, même si j’ai eu droit à un véritable sas de décompression chez un ami à Berlin, je suis arrivée un peu à l’arrache en Islande. Entre le coeur en vrac d’avoir quitté ceux que je laissais en France et la joie de retrouver ces lieux connus et ce pays dont j’ai encore tant à apprendre, il y a aussi eu quelques moments « mais qu’est-ce que tu fous sérieux? », à me rendre compte notamment que j’avais oublié un paquet de trucs dans ma précipitation (un objectif pour le Canon, ma liseuse avec plusieurs Go de livres numériques patiemment collectés pendant des mois, mon câble d’ordi, et d’autres trucs comme… les paires de chaussettes! ça m’apprendra à traîner à Berlin en tongs…). Bref, rien de grave, je ne pouvais m’en prendre qu’à moi, et surtout remercier tous mes proches qui m’ont littéralement portée (et mes cartons avec, pour certains…) dans les jours précédant le départ. Je n’étais pas prête. J’étais une loque. En toute logique, je suis arrivée dans le même état en Islande…

Et c’est là que mon corps a décidé de me rappeler qu’il était temps qu’il prenne des vacances lui aussi, des vraies, que j’avais suffisament tiré sur la corde ces dernières semaines (qu’on se le dise, préparer un voyage au long cours, c’est épuisant). Les premiers jours en Islande, je squattais au camping. Sauf que… Avec la fatigue et le stress accumulés de l’avant-départ, cette première semaine « à dormir dehors » a été sanctionné par un affaiblissement général : mon corps a assez mal réagi au froid (même si je n’avais pas du tout la sensation de froid), j’ai (encore) perdu du poids beaucoup trop rapidement.

camping à landmannalaugar

J’avais pourtant pas choisi un coin trop dégueulasse pour planter ma tente…

Pour ces raisons de « santé », j’ai décidé de plier ma tente pour le moment et je dors sagement, soir après soir, dans des auberges de jeunesse où je me gave consciencieusement de roulés à la cannelle pour remplir de nouveau mon jean 🙂 tout en « shazamant » toutes les chansons que j’entends (musicalement, l’Islande c’est quand même un truc de dingue. On en reparlera).

Une visite… mouvementée !

Là-dessus, quelques jours seulement après mon arrivée, une amie est venue me rendre visite une semaine. C’était trop bien mais ça a été pas mal la course (normal, je voulais tout lui montrer) ! L’Islande ne s’est pas montrée sous son meilleur jour, avec au menu des jours de pluie non-stop ou presque… Quand le soleil a bien voulu prouver son existence, c’est le vent qui a pris le relais, avec des rafales à plus de 140 km/h charriant du sable de la dernière éruption volcanique. Pendant 2 jours, une véritable tempête de sable a même arraché par endroit le bitume des routes dans le sud-est du pays, entraînant aussi des pierres basaltiques qui ont fait quelques dégâts… (je ferai un article spécifique sur la tempête… à l’occasion ! Il y a des images de la Nasa impressionnantes) Bref, on n’en menait pas large, et forcément ça a ralenti nos visites 😦 Pour autant, ça a donné de jolies ambiances photogéniques, quelques pétages de câbles mémorables, et des images surréalistes aussi !

Skaftafell tempête de sable

Nuage de sable ou… troll ? (maintenant on peut en rire, mais sur le coup on faisait pas les malines…)

Mais tu réalises que tu es partie pour un an ?

Oui, maintenant je réalise un peu plus. Au début pas du tout. Il y a eu un déclic vers 5h30 du matin, mercredi 18 septembre 2013, à l’aéroport de Kéflavik. J’avais accompagné ma pote prendre son vol retour. Un gobelet de café à la main, je déambulais en mode zombie (4h de sommeil pour avoir chasser les aurores boréales, un peu en vain d’ailleurs) à côté du guichet d’embarquement pour le vol X9403 de 6h50 à destination d’Orly, attendant que ma pote enregistre ses bagages.  Voir tous ces Français qui faisaient la queue en zigzag, un billet électronique à la main et chargés de sacs Queshua pour la plupart… tous ces gens qui rentraient, ce n’était pas moi.

J’ai accompagné mon amie jusqu’au guichet de sécurité, elle m’a lancé un « Atterris bien » en souriant, j’ai répondu toi aussi car c’était quand même elle qui montait dans l’avion, pas moi, et je l’ai regardée passer dans la zone d’embarquement. Puis j’ai fait demi-tour, le café toujours à la main, je suis sortie de l’aéroport. J’ai retrouvé la voiture de location garée sur le parking « short term », et ça m’a amusé de penser que maintenant, c’était plutôt « long term » pour moi.  Dans la voiture, j’ai allumé la radio, il était 6 heures du mat.  J’ai pris la route, cette fois-ci toute seule, les infos en islandais en fond sonore, en cherchant des yeux les premières lueurs du jour, tout en me demandant ce que j’avais envie de faire de cette journée, et de toutes les autres après. Chouette sensation j’avoue.

Et depuis tu fais quoi ?

Café babalu avec Cécile

Message pour mon unique lecteur du Japon :
nous aussi, on écrit sur les murs
(petite oeuvre d’art en bas à droite !)

Je glande ! Je prends le temps de me poser (des mini-vacances dans les vacances). Je dors, je sors dans les bars, je vais à la piscine nager ou barboter dans de l’eau à 38 / 40 / 42 / 44 degrés (oui, il y a plusieurs bassins, on a le choix), je teste le wifi de différents bars-restaurants de Reykjavik (pour trouver une connexion digne de ce nom pour skyper…), j’ai 14 idées d’articles pour le blog par jour (un jour, je les écrirai. Un jour), je rencontre des gens qui m’apprennent à prononcer correctement le nom des volcans islandais (é-ya-fia-tla-yo-cou-tl’), je bois du thé fait à base « de mousse islandaise » (le truc fluo sur les pierres volcaniques, si si) et des bières avec des têtes de viking dessinées sur la bouteille… ouais, ce genre de trucs.

Je me recréé une petite routine, comme ils disent.

Et puis j’écris ma petite rubrique pour le Dauphiné Libéré (pour ceux que ça intéresse, les liens seront relayés sur la page « nougat glacé » du blog). Côté blog justement, j’ai rencontré « en vrai » Cécile, qui a raconté son expérience d’expat pendant 6 mois en Islande sur cécile-ailleurs.fr, et Lucie, qui tient le blog Voyages et vagabondages, et qui vient d’entamer un tour du monde. L’Islande était sa première étape. C’était un mini-apéro-voyageur très cool, ça leur a aussi permis de voir que ma tête n’est pas « une aurore boréale » (rapport à ma photo de profil sur twitter) et m’a fait réfléchir à l’exposition et l’orientation que je souhaite donner à Au Sud du pôle nord, ce petit espace virtuel qui a presque « sa propre vie » et ne se limite désormais plus à « un carnet de bord pour les proches » comme c’était le cas au commencement, il y a 3 ans.

Tu commences quand à travailler avec les chevaux ?

Bientôt ! La semaine prochaine, début octobre. Ou peut-être une semaine après, ça dépend de moi 🙂 Je suis allée rendre visite à l’Islandaise qui a la ferme équestre. Certaines choses ont changé pour elle (niveau professionnel notamment) mais elle est toujours prête à m’accueillir. En pratique, j’aurai tout le rez-de-chaussée de sa maison « pour moi », et à part la connexion internet inexistante ou presque, ça se présente plutôt bien. On fait un mois de test et on voit après. J’aurai 5 chevaux à travailler en priorité (sur la trentaine que compte la ferme). Dans un premier temps, le travail s’effectuera surtout à pied, et les sorties montées dépendront, bien sûr, de la météo (la ferme a une carrière ainsi qu’un manège couvert, mais ça reste petit, surtout quand tu es au bord d’un fjord avec des montagnes à perte de vue ou presque).

Au programme aussi, fin octobre, ce sera le festival de musique Iceland airwaves 🙂

Tu as froid ?

Non. Il fait entre 5 et 10 degrés la journée. Une fois, on a même eu 12 degrés ! Et même si certaines photos apparues sur facebook laissent à penser que je me les gèle et que je vais bientôt perdre le bout de mon nez, rassurez-vous, je vais bien (mon nez aussi), et oui je porte deux paires de gants (sous gants fins + mitaines en fait) quand je chasse les aurores boréales et quand j’attrape des glaçons géants à pleines mains. Ici (à Reykjavik, la capitale), je croise régulièrement des gens en tee-shirt, des filles encore en ballerines (chaussures basses où la cheville est à l’air) et hier, il y avait un type en short dans le bus (bon, il revenait du sport, ça compte pas, mais c’est pour dire qu’il n’est pas mort congelé dans l’abri bus)

Grapevine septembre

Même les journaux islandais se moquent de la météo dans leurs titres de une…
(en vrai ça a été l’été le plus froid et le moins ensoleillé depuis 10 ans. ça promet pour cet hiver !)

*

8 thoughts on “Nouvelles du front #1 : septembre en Islande”

  1. Huuunnnnhhhh maintenant c’est mon tour de lire tout ça de France, je suis arrivée ce matin.
    Profites bien de tout (et bravo pour cet article avec du texte, tu vois, tu t’en sors très bien) (HEY t’as vu t’as vu, j’ai changé mon Twitter, t’as vu)
    Ca a été cool de se rencontrer, à une prochaine, ailleurs 😉

    • A une prochaine, « ailleurs »… et au sud du pôle nord, c’est ça?
      (ouais jsuis fatiguée aujourd’hui, désolée :p

      Pour « les articles avec texte », je vais essayer de faire des efforts, mes potes aiment bien et ont l’impression d’avoir de mes nouvelles (alors que mes photos ils s’en foutent), et disons que je ne tiendrai pas un an sans rien raconter, donc bon. Faut juste que j’arrête de mettre des parenthèses de partout.

      Et pour ton twitter, youhou t’as vu t’es pas morte !!! Et t’as même pas eu besoin que je te #FF d’ailleurs 🙂 (c’était quand vendredi, en fait…?).
      Bref. Cool aussi de t’avoir rencontrée 🙂

  2. Clem' dit :

    Hey ma sofie !
    C’est très agréable de lire tout ça, en fait. Effectivement, mon séjour n’a pas été de tout repos. Le fait que nous ayons crapahuté toute la journée, que tu m’aies servi de guide, ne m’a effectivement pas donner d’idée sur « comment » tu allais vivre en Islande. Maintenant (grâce à l’article) je m’imagines beaucoup mieux, j’ai même des images, je t’imagines dans des lieux et endroits que j’ai vu, connus. C’est très agréable d’avoir ces images de toi en tête.

    • Cool alors 🙂 Je vais essayer de m’y tenir une fois par mois, pour faire des mini-bilans quand il y aura des choses à dire.

  3. nowmadnow dit :

    Oh tu as bu un thé à la mousse islandaise avec Cécile et Lucie? 🙂

  4. Nope, c’était avec quelqu’un d’autre le thé à la mousse islandaise 🙂 Avec Cécile la seconde fois j’ai mangé des lasagnes végétariennes qui ressemblaient de loin à un sandwich. Le soir du mini-apéro voyageurs avec Lucie et une de mes potes, c’était bières ou thé vert, jme souviens plus ! Voilà tu sais tout ! :p

  5. Hello Sophie !
    Un mini service à te demander : peux-tu changer le lien vers Vivre ? http://www.vivreenislande.fr
    Takk 😉
    PS : si tu te sens un peu esseulée sur l’île écris-moi je te donnerai les coordonnées de personnes francophones qui seront heureuses de te rencontrer voire de t’inviter à dîner
    @+

    • Salut Eric !
      Lien à jour, done (et avec plaisir !)

      Merci beaucoup pour ton message, je ne me sens pas esseulée ici, mais je ne refuse jamais des contacts sympas avec qui partager ! Tu ne connais pas des Islandais qui chercheraient à « rafraîchir » leur français aussi ? Je vais avoir besoin de pratiquer 🙂

      Je te fais un petit mail tout propre très vite, encore merci !

      Bless !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s