Inventaire déboussolé (le jour où je suis rentrée en France)

6 commentaires
Dans les transports, En escale, Le jour où...

11 mois après. Reposer le pied sur le sol français. Une escale pas franchement prévue, pas franchement voulue, pas comme ça du moins, et pas pour ça surtout. Décalage(s) horaire, lumineux et surtout thermique (sans même parler des circonstances…), bref un aller-retour Islande-France particulier. Sans complètement réaliser , le temps de passer la tête par la fenêtre. Ce que j’avais oublié…

La lune. Dorée dans la nuit noire.
La nuit. A 21h30.
Les étoiles.
Les ronds points avec des trucs écrits dessus.
Les lumières de la ville sur la colline noire en face.
Les tablettes de chocolat vendues à la station service.
Le distributeur d’argent et les billets en euros (sont petits !)
Les gens qui parlent en français alors que je pose des questions en anglais / islandais.
Chercher une place de parking.
S’asseoir en terrasse, avoir même le choix des terrasses.
Avoir trop chaud pour s’endormir la nuit.
Le goût de l’eau du robinet.
Le vent « léger » qui fait du bruit doucement avec les feuilles des arbres.
Les forêts.
La fréquence radio de Nostalgie.
Les forêts de pin.
Les pancartes « vide-grenier » écrites à la main et sans le S à « grenier ».
Les différentes nuances de vert.
Les pierres très blanches.
Les 33 degrés et encore il est pas midi…
Les voies ferrées.
Les cigales.
Les files de poids lourd.
Les plaques d immatriculation espagnoles.
Le bruit. L’espace sonore toujours plein.
L’odeur des pots d’échappement.
La largeur de la barrière de péage.
Les caravanes.
Le canadaire jaune et rouge avec son gros ventre.
Les panneaux de limitation de vitesse 130.
Les différents arbres (formes et textures des feuilles / du tronc et odeurs de l’écorce).
Les roseaux.
La vigne (les « champs de vin »)
Les champs de tournesols.
Les poteaux électriques géants.
Ouvrir la fenêtre de la voiture, sortir le bras et écarter les doigts dans le vent.
Les routes 2 fois 3 voies (voire plus).
Les routes les unes sur les autres (ponts / voies rapides / rocades comment ça s’appelle déjà ?)
Les motos.
Les casquettes.
Le linge aux fenêtres.
Attendre au feu rouge avec la vitre ouverte où on entend la radio de la voiture d’à côté.
Les mamies qui tirent des caddies.
L’odeur de la crème solaire.
Les affiches pour un menu à 4,5 € chez MacDo.
Les robes à rayures horizontales blanc et bleu foncé.
Les publicités Perrier avec la tour Eiffel.
L emballage jaune de la mie câline.
Les présentoirs de légumes et étals de fruits sur le trottoir (les couleurs et les prix).
Regarder avant de traverser la rue.
La sueur dans le dos alors qu’on ne bouge pas.
Les ascenseurs avec des numéros d’étages jusqu’à 10.
Les abricots. Les trucs avec du goût.
Les pancartes T2 à louer.
Les géraniums aux barreaux d’une fenêtre.
Les bars La française des jeux et les logos droit au but et des gens en tong short débardeur qui mangent des glaces « en boules » à l’arrêt de tram.
Les voies de tram et des stations de métro.
Des terrasses avec brumisateur.
Les chapeaux de paille sur la plage arrière des voitures.
Les plages avec du sable jaune / blanc.
Les cimetières de 63 hectares où on entre en voiture.
Le bruit de la truelle sur le marbre.
Les cimetières avec des forêts de pin, et vue sur des montagnes de roches blanches.
Les cigales dans les cimetières.
Les cigales même en ville.
Les cigales même la nuit.
La nuit. Noire, avec des étoiles.

Jeudi 30 juillet 2014, quelque part entre Lyon et Marseille, France.
En « escale funérailles »

A ceux qui trouvent que je ne donne pas assez de nouvelles et qui ont raison,
à ceux qui veulent des initiales des messages subliminaux à défaut de recevoir des cartes postales,
bref, à la famille et peut-être aux autres aussi.

6 thoughts on “Inventaire déboussolé (le jour où je suis rentrée en France)”

  1. Céline dit :

    Un choc dans tous les « sens » du terme, j’imagine… Bon courage à toi…

    • Merci Céline, tu as tout compris… Je suis rentrée depuis (en Islande), et au final cette escale a aussi eu quelques « conclusions positives ».

  2. cariven dit :

    coucou Sophie j’espère que
    le volcan ne va pas trop perturbé ton séjour bizous .et merci pour le Papy jean-paul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s